Monique Attia


Élue dernièrement présidente du Souvenir Français, Monique Attia tente depuis 2009 d'obtenir l'autorisation de fouiller les entrailles de la prison st Michel pour retrouver les restes de son père.

«Depuis que je suis petite, j'ai toujours eu la certitude qu'il était dans ce camion». À 77 ans, Monique Attia continue à avoir foi en sa vision de gamine. Celle d'un père embarqué dans un camion puis exécuté au lance-flammes dans la cour de la prison Saint Michel avec plusieurs de ses camarades résistants. C'était le 17 août 1944, deux jours avant la Libération de Toulouse. De Jean Delattre qui l'a quittée lorsqu'elle avait quatre ans, Monique a conservé un revolver 9 mm et quelques photos. Mais aucun souvenir. Alors toute sa vie elle a cherché à percer le silence des non dits pour reconstituer le puzzle des derniers instants des disparus. Un ancien gardien lui a raconté avoir vu les résistants quitter la prison Saint Michel à bord de cinq camions en fin d'après-midi. Puis un des camions a fait demi-tour parce qu'il était en panne. Sa cargaison humaine n'est jamais ressortie.

En 1978, l'histoire des résistants disparus, croise l'aventure de cinq détenus qui se font la belle. Via un tunnel creusé sous la prison, les cinq hommes sortent dans la petite rue Saint Denis. Leur cavale tourne court. Mais en 2009, Monique Attia finit par retrouver un des évadés qui lui raconte comment, pendant leurs travaux de tunneliers, les taulards sont tombés sur des ossements qu'ils ont délicatement évités avant de poursuivre leurs opérations. Pour Monique Attia il n'y a plus de doute : les restes de son père font partie des cinq à six crâne et du fagot de fémurs enterrés sous la prison. En 2011, avec l'autorisation du préfet et guidée par un archéologue de l'Inrap et l'ancien prisonnier, une petite pelle mécanique exhume le tunnel qui serpente sous la cour de la prison. Mais le godet de métal finit par butter sur un calot de béton qui obstrue la galerie. Dommage ! Car pour l'évadé de 1978, le mystère se cache juste derrière la masse de ciment et de cailloux.