Guillemette Comby


Lire et écrire sont mes passions depuis  l’enfance ; j’ai commencé à écrire des poésies dès l’âge de 7 ans. J’ai quatre enfants et de nombreux neveux et nièces pour qui j’ai toujours grand plaisir à inventer des histoires, notamment à l’oral. J’ai eu envie d’élargir ce partage en écrivant. L’écriture est pour moi le fruit de rencontres, d’amitiés. C’est aussi la jubilation de chercher le chant des mots, de suivre le chemin que m’ouvrent mes personnages dont je cherche à rendre perceptibles les sensations et les émotions. J’ai écrit un roman en littérature jeunesse ” Une voix dans la nuit ” publié aux éditions SEDRAP, qui a reçu le prix des conseillers pédagogiques.
Je travaille aussi avec les éditions SEDRAP sur des dossiers pédagogiques et des manuels. Je suis en effet enseignante en ZEP auprès de jeunes enfants. Je partage avec eux ma passion pour la littérature de jeunesse, l’art et la magie des mots.
Avec ma famille, nous habitons un petit village de l’Aveyron où nous apprécions la beauté de la nature et la simplicité de la vie rurale. Nous aimons aussi les randonnées en montagne dans les Alpes ou les Pyrénées. J’y puise apaisement et inspiration, non seulement pour écrire mais aussi pour réaliser des recherches photographiques qui nourrissent mon imaginaire, au même titre que les découvertes architecturales, picturales, musicales… En un mot, l’art et les rencontres m’ouvrent au monde.  

 

Bibliographie

  • " Dans les pas du Lynx" édition SEDRAP
  • "Une voix dans la nuit" édition SEDRAP
  • " Pays du Viaur, portraits furtifs" contrat de rivière du Viaur

 


Loïc est contrarié : il ne pourra pas passer les vacances avec son meilleur ami. Ce n’est vraiment pas juste, d’autant plus que, comme promis, il a surveillé son diabète pour prouver qu’il peut gérer cette fichue maladie.
Le soir, sous la pleine lune, il part s’installer dans son arbre favori à la lisière de la forêt, le cœur lourd de chagrin. Cette fois, le silence et la solitude du paysage alpin peinent à apaiser le garçon. Mais soudain, deux lueurs percent l’obscurité.
Les yeux d’un lynx le fixent dans la nuit, longuement. Puis l’animal mystérieux disparait, comme un rêve étrange qui s’évanouit. Loïc est surpris, ce lynx ne semblait pas vraiment effrayé…
Aurait-il rêvé ?